Livret d'études gavottes

10,00 € 10.0 EUR

10,00 €

Ajouter au panier


Les prix affichés sont TTC.

Sommaire

  • Du trihori aux gavottes bretonnes

  • L’Orchésographie

  • Les gavottes françaises

  • La gavotte en Bretagne
    Le pas
    La forme
    La suite de danse

  • Arbre généalogique des gavottes

  • Terroirs de Bretagne

  • Etude de cas sur l’évolution et la diversité des pas
    Gavotte en 5 et 6 : Dañs tro Calanhel
    Gavotte en 4 et 5 : Kost-ar-c’hoad - Dañs fisel
    Gavotte en 3 et 4 : Gavotte Pourlet et Laridé-gavotte double
    Gavotte en départ pied droit : Gavotte de Brasparts et gavotte Kernevodez

  • Étude de cas sur l’évolution et la diversité des formes

  • La ronde : gavotte du Bas-Léon à la mode de Plouarzel

  • De la chaîne longue à la chaîne courte : gavotte du pays Dardoup

  • Les gavottes du sud Cornouaille :
    Gavotte rouzig à la mode de Châteaulin
    Gavotte dite de Plogonnec/Locronan
    Gavotte dite de Landudal
    Gavotte dite de Rosporden
    Gavotte mode Giz Foën
    Gavotte glazig
    Gavotte dite de Coray

  • Les bals du sud Cornouaille
    Bals à deux du pays glazig
    Bals à quatre du pays glazig

  • Les jabadaos du sud Cornouaille
    Jabadao du pays Rouzig
    Jabadao du pays Glazig

  • Les gavottes du sud Cornouaille
    Gavotte d’honneur du pays Rouzig
    Gavotte d’honneur du pays Glazig

  • Les accompagnements musicaux de la gavotte

  • La prédominance historique du chant

  • Le passage à l’instrument

  • Le rapport chant / instrument dans les pratiques actuelles

Introduction

À la Renaissance, l’art de la danse se développe et c’est d’une importance majeure pour notre tradition : danses de la Renaissance française et danses traditionnelles se rejoignent en plusieurs points. Avant le XVème siècle, nous trouvons peu d’écrits sur la danse. En 1588, Thoinot Arbeau publie l’Orchésographie où il décrit entre autres les branles simples, doubles et le trihori. Notons que le trihori présente une analogie avec la « dañs tro». Trihori, rapproché au breton « tri c’hoari », qui signifie « trois jeux » rappelle les trois parties de la gavotte.

Jean-Michel Guilcher précise : « La gavotte est un élément capitaldu plus ancien répertoire breton,et son domaine l’un des plus étendusqu’on connaisse en Basse-Bretagne. »

La gavotte n’est pas une mais multiple. La variation porte sur la forme, le pas, le style et l’accompagnement musical. C’est ce que Kendalc’h propose d’explorer sur un week-end tout spécialement dédié à cette danse incontournable du patrimoine de Bretagne.

La Confédération Kendalc’h, et plus particulièrement sa commission danse, remercie bien chaleureusement touts les personnes qui s’investissent dans leurs terroirs pour valoriser l’incroyable richesse patrimoniale de la Bretagne. Que ce premier week-end d’étude dédiée à une danse majeure de notre patrimoine culturel immatériel inaugure une longue série sur d’autres danses ou d’autres thématiques...

Les derniers mots de cette introduction vont bien sûr à toutes les personnes ressources sans qui ce stage n’aurait pu se tenir et ce livret n’aurait pu voir le jour.

Par ordre d’intervention pendant le stage :

  • Yves Leblanc

  • Robert Le Bastard

  • Jeannot Le Coz

  • Marie-Hélène Conan-Le Baron

  • Laurent Le Bigot

  • Michel Cazuguel

  • Erwann Tanguy

  • Hervé Irvoas

  • Anne Kerhoas

  • Isabelle Quintin

  • Steven Ropars

  • Ghislaine Fur

Yvette Peaudecerf
Vice-présidente de Kendalc’h à la danse