Mariages en Bretagne

22,00 € 22.0 EUR

22,00 €

Ajouter au panier


Les prix affichés sont TTC.

La Confédération Kendalc'h co-édite avec Coop Breizh un livre complétant l'exposition "Une année, des anneaux" sur les dernières modes de costumes de mariages en Bretagne.

Cet ouvrage porte sur 120 costumes d'exception,
représentant 60 modes vestimentaires
venant de 30 terroirs
de 1895 à 1957.

Sortie officielle prévue en août 2014. 148 pages - 340 photos.

Edito




A l’occasion du soixantième anniversaire de Kendalc’h, la Confédération a souhaité mettre en place diverses actions illustrant ses champs d’activité. Pour le costume, Michel Guillerme, orfèvre en la matière, a proposé un travail de collectage et de mise en valeur des derniers mariages en vêtement traditionnel. En s’appuyant sur les compétences des personnes ressources des terroirs, le projet s’est concrétisé par un défilé de mariés, à Pontivy, le 10 juillet 2010.

La Confédération Kendalc’h a, par la suite, entrepris de réaliser une très belle exposition sur ce thème intitulée « Une année, des anneaux », inaugurée à l’Hôtel de ville de Quimper en juillet 2013, dans le cadre du 90ème anniversaire du Cornouaille. Célébrer le mariage par une exposition peut paraître à certains comme une attitude provocatrice au regard du changement de comportement actuel à l’égard de ce rite social. Mais cette exposition sur les costumes de mariés de Haute et Basse-Bretagne, à une époque où ils sont déjà pratiquement en déclin, est un témoignage et a pour but essentiel de mettre en relief la richesse de notre patrimoine vestimentaire traditionnel.

Je veux saluer à l’occasion de la publication de ce livre l’esprit coopératif de tous celles et ceux qui ont contribué à la réalisation de ce travail, les participants aux défilés de Pontivy et Quimper, les villes qui ont accueilli ces manifestations. Merci également à ceux et celles qui ont prêté de nombreuses pièces de costumes, véritables conservateurs, passionnés par cet art populaire, discrets, anonymes parfois et détenteurs de riches collections. « Tout ce qui est facile à décider ne l’est pas forcément à réaliser ». Merci à la commission costumes de Kendalc’h, sous la responsabilité de Rozenn Le Roy et la Vice-présidence de Robert Raulo, les réunions de travail nous ont permis de mener à leur terme l’exposition et l’édition de cet ouvrage. Merci à notre équipe de permanents, notamment à Mathieu Lamour et Youena Baron, qui a su valoriser le travail essentiel de tous ces bénévoles (collectage de documents, rédaction des notices, habillage, coiffage, pose en studio...). Pas moins de 140 personnes ont participé à ce beau projet, témoignant ainsi de la vitalité de la Confédération. Saluons le travail de prise d’images de Frédéric Harnois, Jean Le Goff et François Le Gal, et celui de Réjane et Daniel Labbé pour leurs précieux conseils de reconstitution sur la base de clichés anciens. Merci enfin à Coop Breizh, coopérative fondée par Kendalc’h, aujourd’hui encore sociétaire principal, qui publie et diffuse cet ouvrage.

Kendalc’h, fidèle à sa mission de transmission du patrimoine, permettra aux plus anciens de prendre conscience de la richesse des coutumes qu’ils ont vécues et aux plus jeunes de retrouver aux côtés d’une tradition, l’expression de la créativité sublimée aujourd’hui par nos groupes. La musique, la danse, les arts populaires au-delà des images qu’ils projettent contribuent à mieux appréhender le monde et permettent aux créateurs, aux dessinateurs, aux couturiers de relier avec un sens artistique et un goût très sûrs, le passé au présent.

Avec le Conseil d’Administration de la Confédération, je souhaite une très large diffusion et un grand succès à ce travail.

Jean Guého
Président de Kendalc’h

Avant-propos

Le XIXe siècle, tout particulièrement en Bretagne, a vu s’épanouir, après des périodes d’assez grande homogénéité et souvent de grande simplicité, un riche foisonnement et une importante diversité dans les mises vestimentaires dans les campagnes, les bourgs et même les villes. Au début de ce XIXe siècle, et à partir de quelques types caractéristiques de vêtures et de coiffures, un très grand morcellement et une étonnante diversification vont s’opérer. Les raisons sont de deux natures :

• sociales, par l’émergence de la classe bourgeoise et des paysans aisés, par le rôle prépondérant des artisans et des artisanes, par l’arrivée des petits fonctionnaires dans les bourgs…

• économiques et liées aux précédentes, par l’industrialisation, par l’amélioration voire même la création des moyens de transports et de communication. On part de la province dans son entier, pour ensuite caractériser le grand terroir, puis les sous-terroirs et pour finalement arriver à la paroisse et à la commune. Le XXe siècle va poursuivre cette immense marche en avant de la tradition vestimentaire jusqu’à son apogée puis sa décadence et, il faut bien le dire, jusqu’à sa disparition en cascade. C’est cette époque de notre culture vestimentaire dans les terroirs de haute et basse Bretagne, que nous avons retenue pour cette exposition.

Dans la tradition populaire du costume, le XIXe siècle est le siècle des étoffes ordinaires, quelquefois frustres, des coupes simples, mais aussi de la couleur. Par opposition, le XXe va être celui des étoffes nettement plus riches, de la broderie et diverses déclinaisons sophistiquées, mais aussi des nuances presque toujours sombres.

Pour en apprécier au moins leur richesse et leur diversité, nous avons choisi de vous faire découvrir, ou redécouvrir, les costumes de mariage. Le mariage constitue un moment exceptionnel et incomparable de la tradition vestimentaire surtout pour la jeune élue. Les costumes présentés ici sont les derniers, ils feront ensuite place aux tenues dites civiles. D’ailleurs, nous le verrons, ce costume civil s’est déjà parfois substitué au traditionnel, seule la coiffe reste alors l’élément identitaire… Auprès de ces tenues nuptiales, nous admirerons aussi celles des parents qui nous feront opérer un léger retour en arrière d’une vingtaine d’années pour un même lieu et prendre ainsi conscience que tradition est bien synonyme d’évolution. Bonne promenade à travers le XXe siècle, avec la plus belle, passionnante et humaine illustration qui soit, celle de nos dernières modes vestimentaires.

Michel Guillerme
à l’origine de l’idée...

Raklavar

E-pad an XIXvet kantved, goude mareoù a heñvelidigezh ha simplidigezh e-keñver an dilhad, dreist-holl e Breizh, eo bet diorret ur bleuniadur pinvidik ha lies e gizioù war ar maez, ar vourc’h hag e kêr zoken. Ul liested dispar ha lec’hiet kenañ a vo skignet er vro adalek penn-kentañ an XIXvet kantved, en ur gemer harp nemetken war un nebeut dilhad ha doare kempenn blev. Daou seurt abeg a zo :

  • abegoù kevredel, dre vont war-wel klasad ar vourc’hizien hag ar beizanted binvidik, dre rol pouezus an artizaned hag artizanezed, dre zonedigezh melestrerien er bourc’hioù...

  • abegoù ekonomikel, dre an industrializañ, dre wellaat an doareoù treuzdougen ha kehentiñ, ha krouidigezh anezho zoken.

Eus ar vro e krogomp ganti, evit mont war-zu an terouer bras da c’houde, an is-teroueroù war-lerc’h, hag evit echuiñ er gumun hag er barrez. E-pad an XXvet kantved e vo kendalc’het e vont war-raok divent-se gant an hengoun gwiskañ betek e vog, e ziskar da c’houde, ha betek e yafe diwar-wel. Ouzh ar c’houlz-se eus hon sevenadur dilhad, e broioù a Vreizh-Izel hag Uhel, eo diazezet hon diskouezadeg.

Kantved an danvez ordin, simpl a droc’h hag a liv eo an XIXvet kantved e-barzh hengoun poblek. Er c’hontrol e vo an XXvet kantved hini an danvez pinvidikoc’h, ar broderezh ha liested ar c’hinkladur, met ivez hini an arlivioù teñval ar peurliesañ. A-benn priziañ o finvidigezh hag o liested, hon eus dibabet d’ho lakaat da zizoleiñ, pe zizoleiñ en-dro, an dilhad dimeziñ. Un digouez dispar ha dibar e keñver an hengoun dilhad eo an dimeziñ, dreist-holl evit ar plac’h nevez.

Ar c’hiz divezhañ a zo kinniget amañ, d’he heul e vo gwisket dilhad giz kêr. A-wechoù, zoken, e welimp en deus kemeret giz kêr plas an dilhad hengounel, ha ne chom nemet ar c’hoef evel elfenn identelezh... Kichen-ha-kichen e welimp ivez dilhad kerent an dud nevez a lako ac’hanomp da veajiñ un ugent bloavezh bennak en amzer kent er memes lec’h, a-benn kompren eo stag an hengoun ouzh an emdro.

Baleadeg plijus deoc’h dre an XXvet kantved, gant ar c’haerañ hag an dedennusañ skeud a zo, hini hon gizioù divezhañ.

Texte Odoo et bloc d'image
Texte Odoo et bloc d'image
Texte Odoo et bloc d'image
Odoo image et bloc de texte

Entamâ

Le jou-la taet le pu conséquent de toute lou vie. Eune fè le jeü su le qheu, i tint liés pour le restant de lous jous. Et ventié pour èla que su les fotos je n’en veyons pas ghère de chaovi... I sont pouillés o lous belles hardes mais je sons ilé ao finissement d’un temp... Les biaos abits vont deveni a ren...